L'Université de psychologie de Paris prouve le masochisme des supporters rennais

Publié le

Des supporters rennais en extase

Des supporters rennais en extase

On s'en doutait un peu, mais c'est désormais prouvé! L'Université de Psychologie de Paris affirme que les supporters rennais sont masochistes.

On a longtemps cru que les supporters du Stade Rennais étaient des gens extrêmement courageux pour soutenir une équipe qui ne faisait que les décevoir. Selon une étude de l'Université de psychologie de Paris, publiée dans le magazine Psychologie du mois de Janvier, il semblerait que cela soit, en fait, maladif. En effet, ils seraient, en grande majorité, atteints de masochisme.

Si cela semble difficile à croire, il l'est encore plus de penser qu'une Université se soit penchée sur ce sujet. "Reprendre une carte d'abonné alors que vous vous êtes fait humilier trois fois de suite au Stade de France, avouez que c'est pour le moins étrange", répond Cécile Hautbois, directrice de l'Université.

Des témoignages poignants

Soit. Mais comment en arriver à une telle conclusion? "Nous avons interrogé de nombreux supporters, explique la directrice. Les symptômes du masochisme étaient présents chez chacun des patients." L'Université a publié quelques uns de ces entretiens et, le moins que l'on puisse dire, c'est que certains sont édifiants.

On y apprend notamment que certains supporters se regroupent chaque deuxième vendredi du mois pour une raison bien précise. Le témoignage de Lilian nous éclaire: "Ils nous arrivent parfois d'avoir des bonnes nouvelles dans nos vies, confie-t-il. Alors, on se réunit à une petite vingtaine et on se mate la trilogie (les trois défaites du Stade Rennais en finale de coupe: Guingamp 2009, Saint-Etienne 2013, Guingamp 2014, ndlr). Comme ça, on est regonflés à bloc." Avec une certaine jouissance, Lilian évoque même son épisode préféré. "Dans toute trilogie, le premier épisode est souvent le meilleur et c'est également le cas ici. C'est de loin le plus réussi parce qu'on ne s'y attendait pas, Guingamp était en Ligue 2, on menait 1-0... du grand art."

Le Stade Rennais attire des masochistes de toute la France

L'étude démontre également que la libido des supporters rennais a connu un pic significatif aux soirs de ces trois défaites historiques. Le témoignage de Caroline, femme d'un supporter, est d'ailleurs bouleversant: "Mon mari n'avait pas pu aller au Stade de France pour la finale 2014, alors on l'a regardée à la télé, se souvient-elle. Lorsque les Guingampais ont brandi le trophée, j'ai senti une très grande excitation monter en lui. Nous avons fait l'amour quatre fois cette nuit-là et quand je lui ai demandé s'il allait bien, il m'a répondu que non et il m'a souri."

Plus sombre encore, certains masochistes déménageraient à Rennes pour éprouver plus de plaisir. C'est le cas de Jean-Pierre qui n'a pas hésité à faire des centaines de kilomètres pour trouver son bonheur. "Moi je suis dans le milieu du libertinage depuis vingt ans et j'ai clairement une tendance masochiste, avance-t-il. Le seul problème, c'est que lorsque j'arrivais en soirée, je mettais du temps à me mettre dans l'ambiance. J'ai rapidement compris qu'il fallait que je vienne vivre ici. Comme ça, avant de sortir, je vais voir un match du Stade et ça me fait monter tout doucement. Bon des fois, ils gagnent, donc ça me nique un peu ma soirée, mais en général ça se passe bien."

Après cette étude, nous ne regarderons plus les supporters du Stade Rennais de la même manière car elle aura fait taire l'idée reçue selon laquelle ils ne sont pas satisfaits.

Commenter cet article